La photographie de paysages s’effectue avec une large gamme d’objectifs, du très grand angle à l’ultra téléobjectif. Ce sera le facteur extérieur qui importera le plus dans ces réalisations. Le choix du matériel doit en effet se faire en fonction des conditions de prise. Il faudra aussi que le photographe en question soit le plus à l’aise possible. Ainsi, se déplacer en voiture pour effectuer des prises de vue de la vie quotidienne citadine, arborez des scènes proches de la nature ou autres idées photo comme gravir des montagnes et cheminer sur des pistes enneigées, ce ne sont que d’infimes conditions à s’adapter lors de cette pratique. Il est ainsi question de ne pas dépenser beaucoup d’énergie, de sorte que vous ne voudrez pas vous encombrer de trop de matériel et être le plus précis dans les mises au point manuelles.

Bien choisir ses zooms

Dans ce cas, le choix de zooms pour leur mobilité et leur facilité de transport constitue la réponse la plus adaptée.Dans cette optique, il faudra aussi opter pour un ensemble de zooms à grande ouverture avec une ouverture maximum lumineuse de f/2,8. Une gamme possédant d’un objectif très large 16 mm à un téléobjectif 200 mm est aussi requis. Toutefois, tout cet arsenal doit être léger. En outre, il ne faut jamais oublier les zooms hautes performances puisque les conditions et les scènes rencontrées sur le terrain sont très variables.

Bien évaluer la puissance de l’objectif asphérique

Si vous prenez des photos de scènes comprenant de nombreux points lumineux, comme des scènes nocturnes, ces points apparaissent souvent flous suite aux effets d’aberration sphérique dans l’objectif. C’est également l’aberration sphérique qui fait que les objectifs grand angle génèrent des images qui semblent déformées. Pour supprimer ces effets, vous devez privilégier les zooms avec mise au point de quatre types d’objectifs asphériques, à savoir l’objectif asphérique de base, l’objectif asphérique hybride, l’objectif asphérique moulé en verre et l’objectif asphérique moulé en plastique. Ces concentrés de technologie corrigeront cette aberration. Des images, avec peu ou pas de flou, ou de distorsion, sont en effet très fréquentes avec de grands angles et ouvertures.

Inclinez et décalez une photographie à l’aide d’objectifs spécifiques

Immortalisez l’image que vous avez sous les yeux sans apporter aucune modification. C’est la morale de toute photographie artistique, mais ce n’est pas toujours le cas avec les caractéristiques optiques de l’objectif. Par exemple, les hauts bâtiments et les arbres semblent souvent s’effiler de manière gênante lorsque la photo est prise avec un objectif grand angle, du fait de la contre-plongée inévitable pour les photographier. En outre, il s’avère souvent difficile de garder la mise au point sur l’ensemble du sujet, de haut en bas. Pour y remédier, la technique fait appel à l’inclinaison décalage. Les fonctions d’inclinaison et de décalage existent comme fonctionnalité standard sur les appareils photo grand format, dans lesquels l’objectif, la pellicule et le réglage de mise au point sont tous conçus indépendamment. Vous pouvez ainsi vous assurer que toute la longueur d’un sujet atrophié est nette en utilisant l’inclinaison. Avec des objectifs ordinaires, il est souvent impossible de faire rentrer la totalité du sujet dans la profondeur de champ, même lorsque l’ouverture est fermée au maximum. La fonction d’inclinaison surmonte cet obstacle en changeant la relation normalement perpendiculaire entre l’axe optique et le plan focal de l’appareil. Par ailleurs, vous pouvez effectuer un décalage et une inclinaison dans des situations qui ne l’exigent pas, dans le but d’obtenir des effets surréalistes. On parle alors d’inclinaison et décalage inverses.

Comment réaliser des photos paysage parfaites ?